Ou, comment écrire un livre en 8080 mots ? (enfin presque...)


Peut-être devrais-je appeler cette rubrique "Histoire de la création d'un livre" ?

En effet, ici se retrouveront des billets sur la genèse de mes romans ("Cent minutes" et "32 possibilités", et bientôt le 3e). 

Depuis la toute première idée, jusqu'à la publication, découvrez les coulisses du spectacle !

Et c'est uniquement sur 8080 mots...




Du sport naquit l'idée !

 

 

Un roman certes, mais qui raconte quoi ?

 

 

Les tenants et les aboutissants...

 

 

Les techniques...

 

 

Les personnages...

 

 

Les lieux...

Bizarre comme introduction me direz vous, mais c'est pourtant bien ce qui s'est passé en ce mois d'Octobre 2009.

Alors que je faisais une séance, l'idée qui me trottait dans la tête depuis quelque temps déjà me frappa telle une évidence. Il paraissait clair que j'allais écrire.

Pas un journal intime ou une nouvelle, mais bel et bien un roman; avec toute la complexité liée à ce genre d'ouvrage...

Contre toute attente, la base de mon roman "Cent minutes" est apparue assez rapidement. Cette phase de création est d'ailleurs très amusante, avec les grandes lignes qui se dessinent, les Pourquoi ? Comment ? Qui ? Où ?

Petit à petit, des lieux, une ambiance, des personnages se firent jour. Une chose était sûre, mon histoire ne se déroulerait pas en France...

Fin 2009, j'avais donc les lieux, l'époque, et quelques personnages (les deux couples). 

Un peu maigre pour faire un roman... 

Et bien qu'ayant la trame du livre (qui viendra à changer en cours d'écriture...) je ne savais pas vraiment comment aller du point A au point B; ma méthode d'écriture s'apparentant à une découverte permanente.

Je découvrais donc, quasiment en même temps que mes personnages, ce qui leur arrivait.

Ce procédé ne m'est pas propre puisque d'autres auteurs fonctionnent de la même façon...

Avoir les idées, c'est bien; savoir les retranscrire par écrit, c'est mieux !

Certains utilisent des logiciels d'aide à la mise en place de la structure (yWriter, CeltX, StoryBook... pour ne citer que les gratuits), d'autres s'en remettent à l'indémodable couple papier/crayon.

Pour ma part, après avoir essayé les deux, je me suis finalement fait un résumé de deux pages sur un traitement de texte basique. Il a évolué au cours de l'écriture du roman mais plutôt dans les idées que dans le nombre de pages.

Quand je vous dis que rien n'était vraiment arrêté et que tout évoluait constamment...

Point essentiel s'il en est !

J'ai très vite visualisé Henry et Élisabeth Crown. Mes "correcteurs" m'ont d'ailleurs tous dit imaginer très précisément cet aristocrate anglais... Pour Anthony et Julia, même constat. A vrai dire, il était assez tentant de me "fondre" dans Anthony, ce que j'ai (très partiellement) fait.

Quant aux personnages secondaires, ils sont apparus plus ou moins facilement avant de finalement disparaître pour certains, parce que n'apportant rien à l'histoire.

Peut-être est-ce là un point difficile de l'écriture (du moins pour moi), les intrigues secondaires...

Je ne trahis pas vraiment de secret si je précise que "Cent minutes" se déroule en Angleterre.

J'ai toujours aimé aller là-bas, mon "histoire d'amour" avec ce pays ayant commencé en 1993 lors d'un voyage en Cornouailles avec le collège. Ce n'est pas un hasard si le manoir de Mr et Mme Crown s'y trouve...

J'ai replongé avec délectation dans cette campagne Anglaise avec ses "Black sheaps", sa tourbe et le "Brown Willy (point culminant) et ce fut un bonheur de voyager à nouveau dans ces paysages via l'écriture.

Je ne préciserai pas les autres lieux de mon roman pour éviter d'éventer les secrets ponctuant l'aventure.

Je vous laisse les découvrir en le lisant...

Page suivante
Page suivante

Julien Morit - auteur de "Cent minutes" et "32 possibilités"

Julien Morit

8080mots, Julien Morit, numéro 1

Cent minutes, 32 possibilités, numéro 1