L'erreur de jeunesse...

 

 

La peur du plagiat...

 

 

L'art de la promotion...

 

 

Le plan

J’ai crânement cru que je pouvais faire éditer mon livre, sans passer par un logiciel de correction dédié...

Il s’avère que non. Je ne peux certainement pas le faire et je n’aurais pas dû !

Malheureusement, certaines personnes se retrouvent avec un livre comportant des fautes.

Elles apparaissent plus ou moins grosses et gênantes, selon que l’on a soi-même un niveau moyen ou bien digne des dictées de Pivot, mais elles sont là. 

Notez bien que le livre est désormais entièrement corrigé et exempt de fautes, et de ce fait disponible dès aujourd'hui en version remaniée, que ce soit en PDF ou en papier.

Je vous présente donc mes plus profondes excuses en vous remerciant pour vos critiques, très positives malgré tout. Vous pouvez au moins vous targuer d’être en possession d’un exemplaire de "Cent minutes" extrêmement collector...

S'il est bien une peur qui m'a hanté pendant un moment (et encore maintenant), c'est de copier le travail de quelqu'un. Je trouve tellement petit de vouloir s'approprier le travail d'autrui sans même le mentionner que j'ai tout fait pour l'éviter en écrivant "Cent minutes".

Après vérification sur internet, je n'ai pas trouvé de site regroupant tous les scénarios, synopsis, résumés de livres... en une immense base de données. Il existe bien des sites (Américains) où sont regroupés les scripts, mais à moins de vouloir passer sa vie à les lire en entier, il n'est pas possible de savoir de quoi parle chacun d'entre eux rapidement.

J'ai donc (via un moteur de recherche) tapé mon résumé de livre dans la barre de recherche pour tenter de trouver, du moins espérer ne pas trouver de similitudes avec mon histoire.

Résultat: mon roman est donc apparemment une histoire 100% originale !

... Ou « Comment passer plus de temps à essayer de se vendre qu’à écrire ? »

C’est malheureusement le triste constat que je suis obligé de faire, en regardant mon emploi du temps !

On vit dans un monde saturé d’informations, que ce soit le journal télévisé, la publicité (TV, radio, presse...), les réseaux sociaux et Internet en général. Se faire une place au milieu de tout ça relève de la gageure !

Il est pourtant impératif de s’atteler au volet « Communication » tant les chances de réussir à vendre son roman découlent de celui-ci. Site Internet, Facebook (tiens, les réseaux sociaux susnommés), séances dédicaces, interviews, etc. Cet ensemble de possibilités doit être exploité avec un maximum de sérieux, pour ne serait-ce que, tenter de toucher les lecteurs potentiels.

Seulement voilà, une fois cette « rencontre » effectuée, ces personnes n’ont pas encore lu votre livre. Tout juste ont-elles vu, lu ou entendu qu’un roman intitulé « Cent minutes » venait d’être publié.

Malheureusement parmi........  plus de 17 000 romans ! (en 2012)

Deuxième roman (32 possibilités) et deuxième procédure. L’histoire, ou plutôt l’idée tient en deux lignes percutantes.

Mais, comment passer de deux lignes à presque 450 pages ?

Réponse : En utilisant le plan !

Celui de « 32 possibilités », même s’il était mieux défini que dans « Cent minutes », comportait des errements qui m’ont forcé à de multiples remaniements. Il est à noter (comme précisé dans un ancien billet) que je découvre souvent une situation donnée avec la surprise du lecteur, écrivant en me laissant porter par mon imagination du moment. Du coup, des incohérences dans la trame du récit peuvent survenir, m’obligeant à modifier des passages précédents. Bien que préjudiciable, cette façon de procéder me permet de garder un certain rythme dans le récit.

Peut-être est-ce ma marque de fabrique, après tout ? 

En tout cas, pour mon deuxième roman, j’ai à nouveau omis le plan propre et net de A à Z... oups !


Page suivante
Page suivante
Julien Morit - auteur de "Cent minutes" et "32 possibilités"

Julien Morit

8080mots, Julien Morit, numéro 1

Cent minutes, 32 possibilités, numéro 1